Devenir apiculteur : formation, reconversion, salaire etc.

Comment devenir apiculteur ?

Vous souhaitez devenir apiculteur ? On vous dit tout sur le salaire, les missions, les qualités, les formations, les évolutions et les possibilités de reconversion d’un apiculteur.

Les missions de l’apiculteur

 

Outre la récolte du miel, la fonction première de l’apiculteur est de garantir la santé des abeilles ainsi que leur croissance. Il doit aménager sa ruche de manière à favoriser l’organisation et l’activité des abeilles.

Les abeilles peuvent trouver un habitat naturel, mais elles doivent faire face à de nombreux dangers, dont les polluants et les pesticides. L’apiculteur leur offre un environnement sain et sûr.

L’apiculteur, qu’il soit professionnel ou amateur, est responsable de la récolte du miel, mais aussi du bien-être de ses abeilles et de la propreté de la ruche. Il participe à la croissance d’une colonie en observant les pontes de sa ruche et en ajustant la taille de son rucher.

Les abeilles fournissent également des produits complémentaires à l’apiculture qui peuvent être utilisés par l’apiculteur, ou dans d’autres domaines comme la gelée royale, la cire, la propolis, le pollen…

Les aptitudes nécessaires pour un apiculteur ?

 

  • Une forte résistance physique qui peut supporter un travail manuel difficile
  • Un sens aigu des affaires et des qualités relationnelles qui aideront à la vente de ses produits et à l’accueil des clients.
  • La rigueur et la capacité à maintenir le matériel en bon état ; gérer les ruches, et les sources de nourriture des abeilles.
  • Une forte endurance et une résistance au stress sont nécessaires pour s’épanouir dans une activité agricole aux événements imprévisibles et aux moments souvent difficiles.

 

Les formations pour un apiculteur

 

Pour devenir apiculteur, il n’est pas nécessaire de suivre une formation officielle. Cependant, il s’agit d’une profession qui nécessite une formation sur le terrain. Il est recommandé de commencer sa carrière en acquérant de l’expérience auprès d’un apiculteur professionnel afin d’apprendre les techniques fondamentales nécessaires à une pratique efficace et sûre.

  • Bac pro Cgea (conduite et gestion de l’exploitation) et formation complémentaire en apiculture.
  • Bp Rea (conduite et gestion de l’exploitation) option apiculture pour les personnes âgées de plus de 18 ans ayant un diplôme d’études secondaires.
  • Le titre d’apiculteur (inscrit au rncp),
  • Cs apiculture certificat de spécialisation (niveau 4) apiculture, disponible en 2017.

Les formations sont proposées en CFA (centre de formation d’apprentis) ou en cfppa (centre de formation professionnelle agricole et de promotion agricole).

 

Le salaire ​d’un apiculteur

 

Le métier d’apiculteur est avant tout indépendant et ses revenus dépendent de la quantité de ruches, de leur production et de leur vente (le MsA exige au moins 400 abeilles).

De plus, c’est un travail annuel : le miel est généralement vendu d’août à février, le temps de se consacrer aux activités d’exploitation.

Les apiculteurs salariés gagnent généralement un salaire comparable au SMIC.

 

Se reconvertir au métier d’apiculteur

 

Une reconversion professionnelle en apiculture doit être particulièrement réfléchie car il faut cinq ans pour atteindre une plénitude « professionnelle ».

Internet a conduit de nombreuses personnes à se tromper car il ne suffit pas de regarder quelques sites web pour s’en rendre compte, même quand on ai observateur. La lecture de livres ne suffit pas non plus, car il faut les mettre en œuvre lorsque votre exploitation se développe.

De nombreuses personnes souhaitent se lancer dans l’apiculture, mais elles n’ont même pas une seule ruche. L’apiculture n’est pas une carrière que tout le monde peut choisir de faire, mais plutôt une carrière qui répond à une vocation qui est déclenché par la passion des abeilles.

Les évolutions envisageables

Être un apiculteur indépendant est déjà une évolution en soi. Selon l’unaf (Union nationale de l’apiculture française), la consommation française de miel pour 2020 était d’environ 40 000 tonnes, ce qui prouve l’existence d’un véritable marché au sein de notre nation.

De plus, la demande de circuits courts et d’aliments biologiques suggère que des possibilités de construire une activité économiquement viable existent. Pour les apiculteurs déjà établis, l’élargissement de la gamme de produits à d’autres produits comme la cire, la gelée royale ou encore le pollen est un élément crucial de la réussite du développement d’une entreprise.

A voir également